URBANISME FRUGAL - UN IMPÉRATIF POUR LA VILLE

LOGEMENTS, COEUR DE VILLE ET SERVICES URBAINS FRUGAUX

De par son récent rapport fin 2018, le groupe intergouvernemental d’experts sur le changement climatique (GIEC) nous rappelle et réaffirme, 21 ans après le protocole de Kyoto, l’urgence et la nécessité d’œuvrer pour un développement durable de nos sociétés et valide par la même les démarches engagées :

• Emergence de générations d’écoquartiers urbains et ruraux,

• Création de labels tel celui de Cittaslow en 1999 qui vise à respecter 60 critères relatifs à l’environnement, les infrastructures, l’urbanisme, la mise en valeur des produits locaux, l’hospitalité, la sensibilisation de la population,

• Edition dès 2012 de « La ville frugale » de Jean Haënjens où il questionne les modèles urbains face aux enjeux climatiques,

• Parution en 2013, à l’initiative du Ministère de l’Egalité des Territoires et du Logement, de la synthèse documentaire de Robert Laugier intitulée « La ville de demain : intelligente, résiliente, frugale, post-carbone ou autre » et dans laquelle sont listées les variables principales de la ville frugale : les attentes de mobilité avec l’impératif de sobriété énergétique, les désirs d’espace et de nature avec un usage économe du sol, le souhait d’un développement équilibré avec des logiques spontanées de concentration et de polarisation, la qualité du vivre en ville avec une modération des coûts urbains.

Notons que ces variables principales avancées pour définir la ville frugale apportent un éclairage réaliste voire opérationnel à l’interrogation formulée dès l’automne 2006 par François Brune dans un article titré « La frugalité heureuse : une utopie ? » paru dans la revue Entropia, revue d’étude théorique et politique de la décroissance.

Plus récemment et à leur manière, au printemps 2018 Philippe Madec, Dominique Gauzin-Muller et Alain Bornarel font appel, dans un manifeste relayé par l’Ordre des architectes, à la frugalité heureuse sans doute en contrepoint et variante de la décroissance souvent perçue comme contraignante, pour promouvoir l’exigence d’un développement intelligent d’une architecture durable et de territoires urbains ou ruraux vivables et créatifs.

C’est dans ce contexte de tatonnement, de recherche, voire de polémique qu'ont été proposées les trois après midi-d’études du cycle 2018-2019 sur les thèmes :

 « Frugalité et logement » 

Retrouvez ci-contre les 4 interventions du 22 novembre 2018 :

>  "Coeur de ville et services urbains frugaux"

Elle questionnait la nécessaire économie des réseaux et services au sens large mis à la disposition de la ville frugale. 

Retrouvez les vidéos des interventions

 

La dernière est prévue  le jeudi 11 avril 2019 abordera la notion d’hospitalité. 

 

INFORMATIONS

"Frugalités et Logements" du 22 novembre 2018

 

 

 

Les déterminants de la production de logements et l'illusion du "choc de l'offre"

Jean-claude DRIANT,  Professeur à l'EUP, chercheur au Lab'Urba

 

 

 

 

Des gestes simples pour produire du logement neuf.

Aurélien DELCHET,  Architecte-urbaniste, co-fondateur de l'Atelier Georges, enseignant à l'Eav&t

 

 

 

 

La densification "spontanée" du bâti, ou les paradoxes de la planification du logement en diffus.

Joël IDT,  Maître de conférences UPEM, chercheur au Lab'Urba

 

 

 

Densifier sans transformer la forme urbaine

Eric GAGNAIRE,  Architecte-urbaniste de l'Agence de développement et d'urbanisme de Lille Métropole

MANIFESTATIONS À VENIR

SUR LE MÊME SUJET