VACANCE DES LIEUX ET URBANISME TEMPORAIRE

TERRITOIRES ET ENJEUX URBAINS

Si l'histoire urbaine a toujours été marquée, plus ou moins fortement, par des situations transitoires et de renouvellement, le contexte de crise a amplifié ce phénomène. Les friches, les espaces vacants ou en déprise croissent depuis plusieurs décennies dans les coeurs ou les franges des agglomérations,voire dans les petites villes ou certains territoires ruraux.

Dans ce contexte, et dans l'attente d'un possible projet urbain, de nombreuses initiatives d'occupations temporaires émergent et visent, par différents moyens, la réactivation de la vie locale. Ces usages temporaires illustrent un "urbanisme transitoire", s'installant dans des espaces "en attente" à différents moments des transformations urbaines(1). Ils renseignent également sur la place prise, les approches centrées sur les usages de la ville, en complément de démarches plus "fonctionnelles".

L'enjeu est important car, dans un contexte de raréfaction du foncier en villle mais aussi de la fragmentation urbaine, ces projets "transitoires" peuvent être l'occasion de faire exister des lieux de rencontres et de travail et de répondre à la demande de proximité des habitants. De plus, pour nombre de professionnels comme pour les acteurs émergents, ce sont parfois de nouvelles manières de fabriquer la ville, au plus près des contextes et des besoins locaux, dans les espaces encore non réaffectés.

Ces délaissés, parties prenantes de la ville, peuvent d'ailleurs constituer des oportunités urbaines et immobilières. Ainsi, en Ile-de-France, plus de 70% des initiatives de ce genre sont initiées dans un contecxte où un projet urbain est envisagé (ZAC,PNRU...)(2). L'occupation tempoarire est aussi une opportunité, pour des propriétaires, de revaloriser l'image du site, de réduire les frais de gardiennage et d'entretien inhérents aux espaces inoccupés. C'est aussi l'occasion de tester des usages et des services afin d'améliorer l'acceptation et l'intégration d'un projet dans son environnement immédiat.

L'analyse de ces différents enjeux de l'"urbanisme temporaire" rythme les trois rendez-vous de l'année 2017-2018

(1)Agathe Vincent . Du délaissé à l'attractivité, les temporalités de la fabrication de la ville. Mémoire de Master 2, parcours DUI, Ecole d'urbanisme de Paris, Université Paris Est Marne la Vallée.

(2)Cécile Duguet, Pauline Zeiger et Alexandra Coquière. L'urbanisme transitoire. Aménager autrement. Note rapide de l'Istitut d'Aménagement et d'Urbanisme. N°741

INFORMATIONS

"Coeur de ville et services urbains frugaux" , le 31 janvier 2019 

 

 

 

 

MANIFESTATIONS À VENIR

SUR LE MÊME SUJET